Biographie

 

1950    Naissance à Paris

1970 - 1972    Auditeur libre à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris 

1970    Exposition à la Mairie de Versailles, première toile acheté par le Musée de Giessen, Allemagne.

1973    Licence de Lettres à Paris et diplôme de l'Institut d'Eudes Politiques à Paris. 

Tourbillon

                                                                           1973      Premières toiles             

 

                                                                                                    Tourbillon                                                                                                                                                                                         

 

 

                                                                                                                                                                                                                              

1974 - 1976   Enseignement en Colombie        1977 - 1984   Carrière professionnelle

 

Taxi

1985    Retour à la peinture

 

           Taxi

                                                                               1986 - 1994   Carrière professionnelle

 

Vides

1995    Exposition dans le Marais à Paris 

 

                                                         Vides

Fracture

1996 - 2009   Nombreuses productions, expositions en France, en Belgique,

                      en Suisse et aux Etats Unis

 

                      Fracture

Sentiers lumineux

2010 - 2016   Installation au Canada

                      Exposition et vente en galerie à Montréal (2012/2014)

                      Exposition, location et vente à l'Artothèque de Montréal

                      (2015/2016) 

 

                                                                                  Sentiers lumineux

 

Technique picturale

 

L'abstraction

L'abstraction lyrique semble ouvrir une immense profondeur de champ émotionnel. Elle se présente non comme une rupture avec le figuratif, mais comme un point de rencontre entre représentation et évocation, comme un outil utile à la recomposition de ce qui sépare ou réunit certains aspects de la réalité.

Les limites fixées par la représentation plus ou moins exacte des objets ne s'imposent pas à l'art abstrait. Si l'on veut peindre un arbre, faut-il contenir les mouvements du pinceau dans les limites des ombres et des lignes figées dans la rétine, ou peut-on oublier la forme du tronc et des branches, décider de coller à l'écorce sans souci de perspective ni de proportions au point de livrer sur la toile un enchevêtrement de formes et de couleurs qui ne semblent pas pouvoir exister dans une forêt, et pourtant ouvrent sur une recomposition de l'arbre ?

Le peintre abstrait est un homme libre. Il rend compte du monde sans s'obliger à le décalquer. Il traduit le mouvement, les ciels les déserts ou les gouffres, sans dépendre de leurs contours topographiques. Il saisit les mouvements que ne repère pas l'œil, il invite à la méditation et à la rêverie sans imposer la reconnaissance du réel

 

La couleur

On suppose à tort que la couleur mélangée à l'huile tire son éclat de la lumière externe portée sur un pigment étalé sur la toile. Or les effets de luminance (intensité de la nuance ou de l'éclat, effet de contraste ou de transparence) résultent essentiellement du choix des siccatifs et des huiles et de leur dosage lors des différentes superpositions des pâtes colorées. Autrement dit la lumière vient surtout du fond de la toile et non du dessus. L'oeuvre doit naturellement être éclairée par l'extérieur pour être vue, mais sa force lumineuse procède d'une source interne, part de la toile vers l'œil.

C'est pourquoi les motifs des toiles présentées ici sont-ils travaillés au pinceau bien davantage qu'au couteau, avec une certaine lenteur. Les blancs choisis pour les mélanges sont toujours chimiquement peu opaques (aptes à se mélanger sans recouvrir totalement les autres couleurs), et permettent ainsi d'obtenir des effets de « trouées » ou de reliefs.

 

Le lien

Lorsque cette mécanique trouve son aboutissement, la toile peut parfois devenir l'endroit où tel passant  retrouve une expérience personnelle, une trace de lui-même qui le pousse à s'approprier le tableau.

 

Eric de Belleval